Interview

la transparence de l'être

témoin d'éveil.

logo aim'.png

Bonjour Emmanuelle, peux-tu nous parler de ton éveil spirituel ?

 

Voilà un exercice de style auquel beaucoup se sont frottés avant moi avec plus ou moins de succès ( rires ), et j'en saisi aujourd'hui l'impossibilité !  Mais je vais tenter d'en dire quelque-chose même si le plus tangible est de vivre le silence ardent vivant de l'ouvert, comme j'ai pu le vivre dans la présence de mes guides auparavant.

Alors pourquoi m'est-ce si difficile d'en parler ? Déjà car ce n'est pas " la personne " qui s'éveille. Ce n'est pas "mon" éveil. Il y a éveil de cela en cela, et je n'ai pas le vocabulaire signifiant dans ma musette pour décrire cela. Quand nous regardons tous un arbre, sans doute allons-nous en dire des caractéristiques différentes et peut-être tendre vers quelques mots communs comme troncs, feuilles, mots reconnaissables de tous. 

Mais là, il s'agit de vous parler de la présence vivante que je suis et de l'effacement du je, et je ne parle pas du même je qu'une personne n'ayant pas eu d'expérience directe. Comment parleriez-vous du feu avec le vocabulaire de la terre ? 

 

Je vais donc utiliser plusieurs angles d'approche, tenter de pointer vers cela qui est :

Tout d'abord une histoire de l'évènement, puis une poésie, et enfin un audio.  

IMG_3945.JPG

Voici une paire de chaussettes singulières : les chaussettes de l'éveil !
Alors c'est quoi les chaussettes de l'éveil ? Et bien c'est la dernière chose que j'ai vu en tant qu'Emmanuelle se prenant pour qui elle croyait être, et la première chose que j'ai reconnu quand la conscience infinie a repris la forme Emmanuelle.

Tout commença lors d'un séminaire intensif vers l'éveil. Trois jours venaient de s'écouler. Trois jours de cauchemars pour mon corps contracté de douleurs et de tensions, trois jours de traversée au cours desquels les barrages émotionnels s'écroulèrent les uns après les autres, et mon coeur se brisa à de nombreuses reprises, rendant grâce pour tout le chemin déjà accompli. Je commençais à avoir des impressions poétiques bien connues de mes sens que, ce qui constitue l'autre est fait de ce qui me constitue moi.

Et puis au petit matin du quatrième jour, au tout début du travail proposé, j'ai soudainement pressenti quelque-chose d'étrange, j'ai réussi à me lever jusqu'à Nanna, maitre qui conduisait l'intensif, et me poser sur la chaise à côté d'elle. Un mouvement intérieur dépassant toute compréhension se leva en moi et se retourna sur lui-même en mon coeur qui devint porteur d'une chaleur incommensurable. 
Je n'avais pas de mots, le phénomène s'amplifiait et Nanna me dit alors successivement deux choses :
1- " on dirait qu'il se passe quelque-chose de spécial "
2- " elles sont belles tes chaussettes "

Et là l'ouvert vibrant brulant, un feu infini qui vient de partout et qui est partout me consuma intégralement. Plus aucun mot, plus aucune pensée, ni élan, ni envie. Seul l'ouvert sans forme émanait de la forme Emmanuelle.
Pour la première fois je vivais la vérité de ce que je suis, un je suis cela émanant du tout amour.

L'équipe a pris soin de me faire marcher ( tout était comme désarticulé ), de m'emmener dans la nature à quelques pas de la salle, et l'expansion n'avait ni début ni fin. Seul l'ouvert. Ce fut la fin de l'histoire je. Placée plusieurs heures sur une chaise, seul demeurait l'éternel. La première chose reconnue fut les chaussettes que je portais aux pieds, et j'ai tant rit. Il fallu plusieurs semaines pour que l'infini s'infuse dans la finitude de ma forme. Je n'étais rien de ce qui était perçu et tout en même temps. Chaque parole entendue jusqu'alors par mes guides ou lues dans les grands enseignements devint totalement vivante en moi.

Il se passa encore de très belles découvertes le lendemain, au coeur de l'ouvert, au pieds de la croix du Christ, mais j'en parlerai une prochaine fois. 

Aujourd'hui c'est " prie et travaille pour qu'il règne, prie et travaille pour demeurer en Christ " qui accompagne mon quotidien.

 

Et le retour chez toi après cela ? Auprès des tiens ?

Un amour infini et une tendresse sans mesure infuse tout mon être un peu plus chaque jour. Les relations avec mes proches ne sont plus les mêmes, et mes patients pleurent beaucoup : le mystère parle au mystère. Une simplicité sans limites déborde du silence qui guérit. Les défis de la vie sont comme des levers de soleil.

 

Et les personnes que tu rencontres ?

 

Certains se sont vus dans le miroir de la présence, d'autres pas, et c'est ainsi. Le mouvement de la vie se joue en moi quoi qu'il en soit. Simplement là, sans rien qui émane d'une décision d'un "je" voulant quelque-chose.

 

coeur.png

David :" Bonne et douce intégration de cette jolie découverte du miracle d exister personnellement "

Claudette :" Je me réjouis de toutes ces transformations en toi.

Je rends grâce ! C’est magnifique ! C’est DIVIN !

audio

L'ouvertEmmanuelle
00:00 / 09:24