L'ÉTOILE
par Emmanuelle Brière 

Masquée fut elle dès les premiers soirs.

Finement vêtue d’interstellaires nuées,

Elle brillait avec désinvolture,

Narguant les voyageurs de ses insaisissables.

 

Regardez !

Lançait-elle chaque nuit.

Regardez-vous, regardez-moi

Et profitez en pour cesser de rêver.

 

Le regardant observé finissait toujours par perdre le tête A temps de tours de cou lancés jusqu’à celle qui,

Avec pertes et fracas,

Dans un tohubohu intérieur,

Déchirait les bouts du ciel,

Lançait les encres de terre,

S’amarrant enfin,

Aux cieux reflétés.

 

L’étoile fut libre de vivre sa vie de nuage,

Flattant l’innocence ainsi retrouvée.

1/1